Hydrolat de Camomille noble

Hydrolat de Camomille noble

certifié biologique

Nom d’usagecamomille romaine, anthémis odorante, camomille d’Anjou, camomille officinale
Partie utiliséefleur, ou plus exactement le capitule floral
Nom botaniqueChamaemelum nobile, Anthemis nobilis
Forme galéniquefleurs séchées en infusion, ou eau florale
Nom INCIAnthemis nobilis flower water

La camomille noble est une plante emblématique de la région angevine. Sa variété à fleur « double » avec son capitule en forme de boule blanche, a fait la gloire de la ville de Chemillé, dans le Maine-et Loire.

Présentation botanique de la camomille

Carte d’identité botanique

FamilleAstéracées
Parties utilisées fleurs
Composition, principes actifs Coumarines, acides-phénols (acide transcaféique, acide férulique), lactones sesquiterpéniques (principes amers : germacranolides, nobiline), flavonoïdes, dérivés polyactélyléniques, huile essentielle : esters (angélates d’isobutyle, de méthyallyle…), cétones (pinocarvone), terpénols (trans-pinocarvéol), terpènes (α-pinène)
Floraison Juin à Août
ImplantationToute l’Europe occidentale et méridionale.
TerroirLandes herbeuses, gazons, bords des routes, talus, sols secs et sablonneux
Provenance pour Sanoflore France

La camomille noble est une plante médicinale connue depuis l’Antiquité. Aujourd’hui ce sont surtout ses vertus digestives et cosmétologiques qui sont mises en valeur.

illustration Camomille

Comment l’identifier ?

Caractéristiques botaniques

La camomille romaine est une plante vivace de 10 à 30 cm de hauteur. Elle est très aromatique, en particulier au froissement des feuilles et des fleurs.
C’est une plante poilue, basse, rampante. Tiges étalées, qui s’enracinent. Feuilles alternes, oblongues, coriaces, très découpées, au revers sans poils.

Les astéracées ont la particularité de présenter une fleur composée (c’est l’ancien nom de famille des astéracées), c'est-à-dire un capitule floral regroupant plusieurs fleurons. Les capitules sont blancs (fleurons externes en languette, ou « faux pétale ») avec un disque central jaune (fleurons internes en tubes), et un long pédoncule. La variété « double » ne présente que des fleurons blancs en languettes. Les bractées, feuilles situées à la base de la fleur, sont fines, brillantes, velues, à bord blanc.

Espèce ressemblante

Sa variété à fleur « double » peut difficilement être confondue avec les autres camomilles, mais les autres variétés ressemblent à la camomille matricaire (Matricaria chamomilla), plus haute, avec la grande camomille (Tanacetum parthenium), voire avec la marguerite des champs (aux fleurs beaucoup plus grandes).

Le saviez-vous ?

Le célèbre médecin grec Galien employait déjà la camomille noble contre les maux de tête et les névralgies, les coliques et les engorgements du foie. Aussi appelée « camomille romaine », elle n’apparaît pourtant en Italie qu’à partir du XVIème siècle.

Bienfaits de la camomille : huile essentielle, eau florale, fleurs

Le saviez vous

La camomille noble étant très utilisée dans la fabrication de produits cosmétiques, sa récolte de plus en plus mécanisée la fragilise, et c’est pourquoi il est important de préserver sa ressource par une culture traditionnelle.

L’eau florale de camomille noble, également appelé hydrolat, est obtenue par la distillation à la vapeur des fleurs fraîches, technique utilisée pour extraire les huiles essentielles. On extrait également une huile essentielle de camomille noble.

L’eau florale de camomille noble pourra être utilisée sans danger en spray ou en compresses sur les paupières, en cas d’inflammations oculaires ou de petites affections localisées : conjonctivite, chalazion, orgelet… Elle sera également employée en dermatologie en application directe sur la peau ou les muqueuses.

En cas de stress, l’eau florale de camomille peut être appliquée en spray directement sur la zone du plexus, notamment chez un enfant.

L’eau florale de camomille est aussi employée en eau de rinçage après shampoing pour conserver la blondeur des cheveux.

Propriétés cosmétiques démontrées par Sanoflore (in vivo)

  • Antioxydant et protecteur.
  • Réparateur et cicatrisant.
  • Effet apaisant et anti-inflammatoire

Sources :
1. Etude Sanoflore
2. Badasson & Cie, tradition médicinale et autres usages des plantes en Haute Provence, Pierre Lieutaghi, Actes Sud, Paris 2009
3. Secrets d’une herboriste, Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, Paris 1999
4. ABC de l’herboristerie familiale, Thierry Folliard, éditions Grancher, Paris 2009